Connexion perdue. Veuillez rafraîchir la page.
En ligne
Assistance Mieux étudier Connexion Créer un compte
Prêt(e) à apprendre ?
Choisissez votre outil d'étude préféré

Anatomie de l’oreille

L’oreille est une partie complexe d’un système sensoriel encore plus complexe. Il est situé bilatéralement sur le crâne humain, au même niveau que le nez. Les principales fonctions de l’oreille sont bien entendu l’audition, ainsi que le maintien constant de l’équilibre. L'oreille est anatomiquement divisée en trois parties :

  • Oreille externe
  • Oreille moyenne
  • Oreille interne

Cette anatomie complète de l'oreille, y compris ses os, ses nerfs, ses vaisseaux, ses membranes et ses muscles, sera décrite dans cet article.

Points clés sur l’oreille
Fonction Audition et maintien de l’équilibre
Oreille externe Parties : Auricule, méat acoustique externe, membrane tympanique
Fonctions
: Capture et conduction du son
Oreille moyenne Parties : Cavité tympanique, osselets auditifs, muscles des osselets de l'ouïe
Fonction
: Transformer une onde sonore de faible amplitude et de faible force en une vibration de faible amplitude et de force élevée, et la transmettre à l'oreille interne
Oreille interne Parties : Labyrinthe osseux (vestibule, conduits semicirculaires, cochlée) et labyrinthe membraneux (utricule, saccule, conduits semicirculaires, conduit cochléaire)
Fonctions
:
Le labyrinthe osseux soutient ses homologues membraneux.
L'utricule et le saccule renseignent sur la position de la tête.
Les conduits semi-circulaires fournissent des informations sur les mouvements de la tête.
Le canal cochléaire fournit des informations auditives.
Notes cliniques Hématome auriculaire, otite (externe, moyenne, interne), blocage de la trompe auditive (Eustache), surdité aiguë
Sommaire
  1. Oreille externe
    1. Pavillon de l’oreille (auricule)
    2. Méat acoustique externe
    3. Tympan
    4. Muscles de l’oreille externe
    5. Artères et veines
    6. Innervation
  2. Oreille moyenne
    1. Caisse du tympan
    2. Osselets auditifs
    3. Muscles des osselets auditifs
    4. Artères et veines
    5. Innervation
    6. Trompe auditive (d'Eustache)
  3. Oreille interne
    1. Labyrinthe osseux
    2. Labyrinthe membraneux
    3. Artères et veines
    4. Innervation
  4. Transmission du son
  5. Transmission de l’équilibre
  6. Notes cliniques
    1. Examen otoscopique
    2. Hématome auriculaire
    3. Bouchon de cérumen
    4. Inflammations
    5. Surdité
    6. Mal de mer (mal des transports)
    7. Vertige
  7. Sources
+ Afficher tout

Oreille externe

L’oreille externe, comme l’oreille moyenne, sert uniquement à conduire le son vers l’oreille interne. Elle se compose du pavillon de l'oreille et du méat acoustique externe (ou conduit auditif).

Points clés sur l’oreille externe
Parties Auricule, méat acoustique externe
Vascularisation Artères auriculaire postérieure, auriculaire antérieure, branches mineures des artères occipitales, artères auriculaire profonde, stylomastoïdienne et tympanique inférieure
Innervation Rameau auriculotemporale du nerf mandibulaire, petit nerf occipital, nerf grand auriculaire, rameau auriculaire du nerf vague, rameaux du nerf facial
Fonction Conduit le son vers l’oreille interne

Au fond du conduit auditif se trouve la membrane tympanique qui établit la frontière entre l'oreille externe et l'oreille moyenne.

Pavillon de l’oreille (auricule)

L’auricule, également connue sous le nom de pavillon de l’oreille, est un tissu musculo-cutané ridé qui est attaché au crâne et qui sert à capter le son. L'auricule est principalement constituée de cartilage recouvert de peau. L'auricule possède deux faces : médiale (intérieure) et latérale (extérieure). La face médiale du lobe de l’oreille est attachée au crâne et n’a pas de grande importance clinique.

La face latérale est concave et présente de nombreuses rainures et crêtes. Le bord extérieur de l'auricule est appelé hélix, qui se termine ensuite en bas par un tissu mou appelé lobule de l’auricule (ou lobe de l'oreille). L'hélix comporte trois parties : la racine, l’épine et la queue. La racine de l’hélix est l'arc convexe antéro-supérieur de l'hélix, l'épine est la partie supérieure épaisse de l'hélix, tandis que la queue est en continuité avec le lobule. Parallèlement à l'hélix se trouve une autre courbure convexe appelée antihélix, qui comporte deux parties : la fosse triangulaire délimitée par la branche de l'hélice et de l'antihélix, et la branche de l'antihélix qui est l'élargissement de l'antihélix dirigé vers l'arrière en direction de l'hélix.

Le centre de l'auricule présente une fosse en continuité avec le méat acoustique externe appelé conque de l'oreillette. Cette conque est recouverte d'un processus cartilagineux triangulaire appelé tragus. La base du tragus est attachée à la peau du visage, tandis que son sommet recouvre partiellement l'entrée du méat acoustique externe. À l’opposé du tragus, il existe également une élévation cartilagineuse au-dessus du lobule appelée antitragus.

Méat acoustique externe

Il s'agit d'un canal osseux-cartilagineux qui s'étend du pavillon de l'oreille jusqu'à l'oreille moyenne, dont il est séparé par la membrane tympanique (tympan). Le méat acoustique externe est constitué de la partie cartilagineuse latérale (externe), appelée méat acoustique externe cartilagineux ou membraneux, et de la partie osseuse médiale (interne), appelée méat acoustique externe osseux.

D’un point de vue antéro-postérieur, ce canal ressemble entièrement à une ligne tortueuse, c’est-à-dire qu’il ne suit pas un parcours rectiligne. La partie latérale du canal est dirigée en arrière et en haut (postéro-supérieur), tandis que la partie médiale est dirigée en avant et en bas (antéro-inférieur). Ceci est important à savoir lors de l'examen de l'oreille, car le pavillon de l’oreille doit être tiré vers l'arrière, vers le haut et légèrement latéralement pour que les parties latérale et médiale s'alignent et que la membrane tympanique puisse ensuite être vue et examinée correctement.

Le méat acoustique externe membraneux constitue le tiers latéral de ce canal. Ses parois antérieure et inférieure sont constituées de cartilage, puisqu’elles représentent le prolongement de l’auricule. En revanche, les parois postérieure et supérieure sont en réalité des membranes fibreuses. Le méat acoustique externe osseux constitue les deux tiers médiaux du conduit auditif externe. Ses parois antérieure et inférieure sont faites par la partie tympanique de l'os temporal, tandis que ses parois postérieure et supérieure sont faites par la partie squameuse de l'os temporal. Notez que la paroi postérieure du canal osseux est anatomiquement liée aux cellules mastoïdiennes du processus mastoïde, tandis que les parois antérieure et inférieure sont liées à l'articulation temporomandibulaire.

Tympan

Le tympan, ou membrane tympanique, se trouve au fond du méat acoustique externe osseux et constitue la frontière entre l'oreille externe et l'oreille moyenne. Il est attaché par un anneau fibrocartilagineux à la partie tympanique de l'os temporal.

En fonction de sa structure et de sa tension, la membrane tympanique est divisée en deux parties suivantes :

  • Pars flaccida (partie flasque) également appelée membrane de Shrapnell
  • Pars tensa (partie tendue)

Il possède également deux côtés : médial (intérieur) et latéral (extérieur). La face médiale du tympan est recouverte de muqueuse et entièrement convexe vers l’oreille moyenne. De ce côté, autour de la frontière entre la pars tensa et la pars flaccida se trouve la crête de la corde du tympan, au-dessous de laquelle passe le nerf de la corde du tympan (rameau du nerf facial (VII)). En outre, l’os malléus se trouve sur la face médiale de la membrane et y laisse des empreintes.

La face latérale de la membrane tympanique est divisée en quatre quadrants : antéro-supérieur, antéro-inférieur, postéro-supérieur et postéro-inférieur. Derrière les deux quadrants supérieurs du côté médial se trouvent les osselets auditifs (malléus, incus et stapès) et la corde du tympan. La fixation de l’extrémité inférieure et du manche du malléus sur la face médiale de la membrane tympanique créent la concavité sur la face latérale appelée saillie de la membrane tympanique.

Au-dessus de la saillie se trouve une bande appelée strie malléaire qui est l'impression faite par le reste du manche du malléus. L’extrémité supérieure de la strie malléaire présente une crête appelée proéminence malléaire. Cette impression est due au processus latéral du marteau. La face latérale de la membrane tympanique est recouverte de peau et d'une fine couche de cérumen.

Muscles de l’oreille externe

Tous les muscles de l'oreille externe sont associés au pavillon de l’oreille et sont innervés par les rameaux auriculaires postérieurs du nerf facial (VII). Ils sont classés en deux groupes, intrinsèques et extrinsèques.

Les muscles intrinsèques contribuent à définir la forme de l’auricule en passant entre ses parties cartilagineuses. Ce sont : les grand et petit muscles de l'hélix, le muscle du tragus, le muscle pyramidal de l’auricule, le muscle de antitragus, le muscle transverse de l’auricule et le muscle oblique de l'auricule.

Les muscles extrinsèques jouent un rôle dans le positionnement de l'auricule, provenant du crâne et s'attachant à l'intérieur de l’auricule lui-même. Ce sont : les muscles auriculaire antérieur, auriculaire supérieur et auriculaire postérieure.

Points clés sur les muscles extrinsèques de l’oreille externe
Auriculaire antérieur Origine : Fascia temporal/aponévrose épicrânienne
Insertion
: Epine de l'hélix
Innervation
: Rameaux temporaux du nerf facial
Fonction
: Tire l’auricule vers l'avant
Auriculaire supérieur Origine : Aponévrose épicrânienne
Insertion
: Face supérieure de l'auricule
Innervation
: Rameaux temporaux du nerf facial
Fonction
: Tire l’auricule vers le haut
Auriculaire postérieur Origine : Processus mastoïde, Tendon du muscle sternocléidomastoïdien
Insertion
: Convexité de la conque
Innervation
: Nerf auriculaire postérieur (rameau du nerf facial)
Fonction
: Tire l'auricule vers l'arrière

Un fait amusant à propos des muscles extrinsèques est qu’ils sont des vestiges d’une évolution antérieure et que nous ne pouvons désormais plus les bouger consciemment. Pour imaginer à quoi cela ressemblerait si nous le pouvions, pensez à un lapin qui bouge ses oreilles en direction d'un son !

Artères et veines

Trois artères participent à l'irrigation du pavillon de l'oreille : l'artère auriculaire postérieure (branche de l'artère carotide externe), les artères auriculaires antérieures (branches de l'artère temporale superficielle) et les branches auxiliaires de l'artère occipitale. Les veines qui drainent l'auricule reflètent les artères, tandis que la lymphe est drainée vers les nœuds lymphatiques parotidiens superficiels, mastoïdes, cervicaux profonds et cervicaux superficiels.

La membrane tympanique est vascularisée par les branches de l'artère maxillaire (artères auriculaire profonde et tympanique antérieure), de l'artère stylomastoïdienne (branche de l'artère auriculaire postérieure) et de l'artère tympanique inférieure (branche de l'artère pharyngée ascendante). La lymphe s'écoule vers les nœuds lymphatiques périauriculaires.

Innervation

Les nerfs sensitifs qui innervent l’auricule sont nombreux :

  • La partie antéro-supérieure est innervée par le rameau auriculotemporal du nerf mandibulaire (V3) et le plexus cervical.
  • La partie postéro-supérieure est innervée par le petit nerf occipital.
  • Les parties antérieure et postéro-inférieure sont innervées par le nerf grand auriculaire.
  • Les parties les plus profondes, plus proches du méat acoustique externe, sont innervées par le rameau auriculaire du nerf vague (X) et les rameaux du nerf facial (VII).

La majeure partie de l’innervation sensitive du méat acoustique externe se fait par :

  • Le rameau latéral du nerf auriculotemporal (qui est un rameau du nerf mandibulaire (V3)), et aussi par
  • Les rameaux auriculaires des nerfs vague et facial.

En raison de l'innervation du nerf vague, toute irritation de l'oreille externe peut provoquer une toux réflexe. La face latérale de la membrane tympanique est innervée par les nerfs auriculaires antérieurs (rameaux du nerf auriculotemporal) et le rameau auriculaire du nerf vague. En revanche, l’innervation sensitive du côté médial est assurée par le nerf glossopharyngien (IX).

Oreille moyenne

L'oreille moyenne est un système complexe d’orifices et de conduits situés principalement dans l'os temporal. Sa fonction est de transférer les vibrations de la membrane tympanique en ondes sonores et de les transmettre à l'oreille interne.

L'oreille moyenne est constituée de la cavité tympanique et du récessus épitympanique. La cavité tympanique est médiale par rapport à la membrane tympanique, tandis que le récessus épitympanique est l'espace supérieur à la membrane.

En avant de la cavité tympanique se trouve la trompe auditive (trompe d'Eustache) qui s'étend jusqu'au pharynx, tandis qu'en arrière de la cavité se trouvent les cellules mastoïdiennes du processus mastoïde de l'os temporal. Les cellules mastoïdiennes sont recouvertes de muqueuse qui s'étend du nasopharynx à travers le conduit auditif puis à travers la cavité tympanique.

Points clés sur l’oreille moyenne
Parties Cavité tympanique, récessus épitympanique
Vascularisation Artères tympanique antérieure, tympanique postérieure, tympanique supérieure, tympanique inférieure, rameau mastoïdien de l'artère occipitale
Innervation Nerf tympanique, nerf du muscle tenseur du tympan, nerf stapédien
Fonction Transfère les vibrations de la membrane tympanique en ondes sonores et les transmet à l'oreille interne

La communication anatomique entre les cellules du pharynx, de l’oreille moyenne et de la mastoïde est une voie possible de propagation des infections.

Testez-vous sur les structures de l'oreille moyenne avec ce quiz.

Caisse du tympan

Il s'agit d'une cavité osseuse membraneuse. Elle a la forme d'une lentille biconcave, mais d'un point de vue anatomique, elle est généralement décrite comme un prisme à six faces. Parallèlement à ces six parois, les osselets auditifs peuvent également être décrits dans le cadre de l'anatomie de la cavité tympanique.

Parois de la caisse du tympan
Paroi tegmentale (toit) Formée à la fois par les parties squameuses et pétreuses de l'os temporal, et sépare la cavité tympanique de la cavité crânienne.
Paroi jugulaire (plancher) Sépare la cavité de la fosse jugulaire.
Paroi carotidienne (antérieure) Correspond au conduit de l'artère carotide interne
Contenu : Fissure pétrotympanique, orifice du tube auditif, orifice du canal du muscle tenseur du tympan
Paroi membraneuse (latérale) Face médiale de la membrane tympanique
Paroi labyrinthique (médiale) Contenu : Fenêtre du vestibule, fenêtre de la cochlée, promontoire, proéminence du canal du nerf facial
Paroi mastoïdienne (postérieure) Correspond au processus mastoïde et à ses cavités pneumatiques
Contenu : l'aditus de l'antre mastoïdien (orifice de l'antre mastoïdien), l'éminence pyramidale (contient le muscle stapédien)

Examinons brièvement les caractéristiques de la paroi labyrinthique :

  • La fenêtre du vestibule est recouverte d'une membrane et relie l'oreille moyenne au vestibule (partie de l'oreille interne).
  • La fenêtre de la cochlée mène également à l'oreille interne et est scellée par la membrane tympanique secondaire. Les vibrations de cette membrane permettent de déplacer le fluide de la cochlée.
  • Le promontoire est la projection de la première spire de la cochlée. Le sillon du promontoire est un sillon à sa surface à travers lequel passe le nerf tympanique.
  • La proéminence du canal facial comporte une partie horizontale et une partie verticale. Le nerf facial (VII) traverse la partie horizontale. Cette partie s'étend vers le haut jusqu'au promontoire de la paroi labyrinthique puis remonte vers l'aditus de l'antre mastoïdien. Près de cette ouverture, le canal dévie vers le bas et continue avec sa partie verticale qui traverse la paroi mastoïdienne de la cavité tympanique.

La proéminence du canal facial est cliniquement importante, car la paroi peut parfois contenir des ouvertures et donc les infections de l'oreille moyenne peuvent facilement se propager au nerf facial et provoquer une paralysie des structures qu’il innerve.

Osselets auditifs

Ce sont les trois plus petits os du corps humain. Leur fonction principale est de transmettre les sons à l’oreille interne, plus précisément au labyrinthe situé à l’intérieur de l’oreille interne. Ils s'articulent entre eux grâce à des articulations synoviales et transmettent des vibrations en étant déplacés par les muscles de l'oreille moyenne.

Dans l'ordre, depuis la membrane tympanique jusqu'à l'oreille interne (du plus latéral au plus médial), ces os sont :

  • Malléus (marteau)
  • Incus (enclume)
  • Stapès (étrier)

Un fait amusant à propos de la chaîne ossiculaire de l’ouïe est qu’ils sont dépourvus de périoste.

Malléus (marteau)

Le malléus (marteau) est attaché latéralement à la membrane tympanique et s'articule médialement avec l’incus à travers l'articulation incudomalléaire. A partir de la membrane tympanique, il reçoit des vibrations sonores qu'il transmet ensuite à l'incus (étrier). Il comporte plusieurs parties qui comprennent : la tête, le col, les processus antérieurs et latéraux et le manche du malléus (marteau). La tête est placée dans la cavité épitympanique et contient la surface de l’articulation de l'enclume. Il est relié à la paroi tegmentale de la cavité tympanique (cavum tympanique) par le ligament supérieur du malléus. En dessous de la tête du malléus se trouve le col du marteau, qui contient deux processus :

  • Processus antérieur, qui est attaché par le ligament antérieur du malléus à la paroi antérieure de l'oreille moyenne.
  • Processus latéral attaché à la surface médiale de la membrane tympanique par le ligament latéral du malléus.

L'extension qui s'étend en dessous du col et s'attache à la partie centrale de la membrane tympanique est le manche du malléus.

Incus (enclume)

L'incus est la connexion anatomique du malléus et du stapès. Il se compose de trois parties : le corps et les branches longue et courte.

  • Le corps est situé dans la cavité épitympanique et s'articule avec la tête du malléus via l'articulation incudomalléaire.
  • La branche longue est placée parallèlement au manche du malléus et le processus lenticulaire se projette médialement de son extrémité. Celui-ci s'articule avec le stapès à travers l'articulation incudostapédienne.
  • La branche courte s'étend vers l'arrière et s'attache à la paroi postérieure de la cavité tympanique par le ligament postérieur de l’incus.

Stapès (étrier)

Le stapès s'articule latéralement avec l'incus à travers l'articulation incudostapédienne, tandis qu'en dedans, il est attaché à la membrane de la fenêtre du vestibule de la paroi labyrinthique de la caisse du tympan. Les vibrations transmises du malléus à l’incus et au stapès font alors vibrer la membrane de la fenêtre du vestibule, transmettant davantage le son au vestibule de l'oreille interne. Les parties du stapès sont :

  • La tête qui s'articule avec le processus lenticulaire de la branche longue de l’incus,
  • Branches antérieure et postérieure qui s'attachent à la base ovale,
  • La base qui s'insère dans la fenêtre du vestibule.

Muscles des osselets auditifs

Même si les muscles liés aux osselets auditifs sont petits, ils sont très importants, car leurs actions synergiques permettent la transmission du son. Ils protègent également l’oreille interne des stimuli trop forts en contrôlant les mouvements des osselets. Ces muscles sont le muscle tenseur du tympan et le muscle stapédien.

Points clés sur les muscles des osselets auditifs
Muscle tenseur du tympan Origine : Partie cartilagineuse du trompe auditive, grande aile de l'os sphénoïde, canal pour le muscle tenseur du tympan
Insertion
: Partie supérieure du manche du malléus
Innervation
: Branche mandibulaire du nerf trijumeau (V3)
Fonction
: Tire la poignée du malléus médialement, tendant ainsi la membrane tympanique
Muscle stapédien Origine : Intérieur de l'éminence pyramidale
Insertion
: Col du stapès
Innervation
: Nerf facial (VII)
Fonction
: Tire le stapès vers l'arrière, évitant ainsi les oscillations excessives

Le muscle tenseur du tympan est attaché aux parois du canal pour le muscle tenseur du tympan du côté médial et au malléus du côté latéral. Sa contraction tire le malléus médialement et tend ainsi la membrane tympanique et pousse le stapès dans la fenêtre du vestibule.

Le muscle stapédien est placé dans l’éminence pyramidale de la paroi mastoïdienne de la cavité tympanique. Il se prolonge d’un tendon très fin qui s’attache à l’incus. Le muscle stapédien tire l’incus latéralement et par conséquent tire le stapès hors de la fenêtre du vestibule.

Artères et veines

Les artères qui irriguent la cavité tympanique sont les suivantes :

  • Artère tympanique antérieure (branche de l'artère maxillaire)
  • Artère tympanique postérieure (branche de l'artère stylomastoïdienne)
  • Artère tympanique supérieure (branche de l'artère méningée moyenne)
  • Artère tympanique inférieure (branche de l'artère pharyngée ascendante)
  • Artères tympaniques antérieure, supérieure et inférieure (branches de l'artère carotide interne)
  • Branche mastoïdienne de l'artère occipitale

Les veines tympaniques drainent le sang désoxygéné vers le sinus pétreux supérieur et le plexus veineux ptérygoïdien. La lymphe s'écoule dans les nœuds lymphatiques cervicaux rétro-auriculaires

Innervation

Concernant l'innervation, la muqueuse qui recouvre les parois de l'oreille moyenne est innervée par le nerf tympanique (rameau du nerf glossopharyngien (IX)), tandis que les muscles des osselets auditifs sont innervés par le nerf du muscle tenseur du tympan et le nerf du muscle stapédien.

Le nerf tympanique et les nerfs caroticotympaniques du plexus carotide interne forment le plexus tympanique dans la membrane muqueuse qui recouvre le promontoire de la paroi labyrinthique. Ce plexus innerve la muqueuse de l'oreille moyenne, du tube auditif et de l'antre mastoïdien. Il dégage également le petit nerf pétreux, qui assure l'innervation parasympathique du ganglion otique (auriculaire).

Trompe auditive (d'Eustache)

La trompe auditive (tube auditif), communément appelée trompe d'Eustache ou pharyngotympanique, relie l'oreille moyenne et le nasopharynx. La pression de l'air dans l'oreille externe et le nasopharynx est égale à la pression atmosphérique (à l'air libre). De ce fait, cette communication entre l'oreille moyenne et le nasopharynx sert principalement à égaliser la pression des deux côtés de la membrane tympanique.

L'égalisation de la pression se produit lorsque la trompe reste fermée la plupart du temps. L’action de bâiller ou d’avaler ouvre le tube, ce qui permet à l’air de circuler et à la pression de s’égaliser. Nous sommes sûrs qu’à chaque fois que vous gravissez une montagne, vous ressentez ce changement de pression comme si quelqu’un vous mettait des bouchons dans les oreilles. Sans le tube auditif, la membrane se romprait facilement et très rapidement sous la pression.

L'ouverture de la trompe auditive (tube auditif) se trouve sur la paroi carotidienne (antérieure) de l'oreille moyenne, à partir de laquelle le tube auditif s'étend vers l'avant, médialement et vers le bas en direction du nasopharynx. Le tiers de la trompe le plus proche de l’oreille moyenne (tiers postéro-latéral) est la partie osseuse, tandis que le reste de la trompe est la partie cartilagineuse.

La trompe auditive est principalement vascularisée par l'artère pharyngée ascendante, qui est une branche de l'artère carotide externe. L'artère méningée moyenne et l'artère du canal ptérygoïdien (branches de l'artère maxillaire) participent également à l'apport sanguin du tube auditif. Le sang veineux s'écoule vers le plexus veineux ptérygoïdien, tandis que la lymphe s'écoule vers les nœuds lymphatiques cervicaux profonds.

La muqueuse qui recouvre la trompe d’Eustache est innervée par le plexus tympanique qui est un moyen indirect pour le nerf tympanique (un rameau du nerf glossopharyngien (IX)) d'innerver la trompe.

Oreille interne

C’est certainement la partie la plus complexe de l’oreille, ce n’est donc pas un hasard si on l’appelle le labyrinthe. Ce labyrinthe est placé dans la partie pétreuse de l'os temporal et est constitué de cavités osseuses dans lesquelles s'insèrent des parties membraneuses spécifiques. Pour cette raison, l'oreille interne est analysée en deux parties : le labyrinthe osseux et le labyrinthe membraneux qui s'insère dans le labyrinthe osseux.

A noter que le labyrinthe osseux est rempli de périlymphe, tandis que le labyrinthe membraneux est rempli d'endolymphe. Cela signifie que le labyrinthe membraneux est suspendu dans la périlymphe du labyrinthe osseux.

Labyrinthe osseux

Le labyrinthe osseux est situé dans la partie pétreuse de l'os temporal et est séparé de l'oreille moyenne par la paroi labyrinthique (médiale) de la cavité tympanique. Globalement, il est situé médialement et légèrement en arrière de la cavité tympanique. Il contient l'organe vestibulocochléaire, soit l'organe spiral de Corti (origine du nerf cochléaire qui sert à l'audition), et le nerf vestibulaire qui fournit l'information d'équilibre. Ces deux nerfs sont des rameaux du nerf vestibulocochléaire (VIII).

De sa partie médiale à sa partie latérale, le labyrinthe osseux contient les structures suivantes :

  • Vestibule
  • Conduit cochléaire (limaçon)
  • Canaux semicirculaires

Ces trois cavités sont en réalité des cavités qui communiquent entre elles. Leur fonction principale est d’héberger les parties correspondantes du labyrinthe membraneux.

Vestibule

Le vestibule est une cavité osseuse centrale. Il contient deux sacs : l'utricule et le saccule du labyrinthe vestibulaire (partie du labyrinthe membraneux). Le vestibule communique avec la membrane tympanique par la fenêtre du vestibule située sur sa paroi latérale. En avant, il communique avec la cochlée et avec les canaux semicirculaires supéro-postérieurement.

Le vestibule communique avec la fosse crânienne postérieure par l'aqueduc du vestibule. C'est une structure membraneuse qui sort du vestibule, suit un trajet médial, traverse l'os temporal et s'ouvre sur la face postérieure de la partie pétreuse de l'os temporal.

Canaux semicirculaires

Ces trois canaux sont positionnés en haut et en arrière par rapport au vestibule. Les canaux sont placés selon trois plans différents, où chaque canal fait un angle de 90 degrés avec l'autre. À l'intérieur du canal semicirculaire se trouvent les conduits semicirculaires correspondants du labyrinthe membraneux.

Le canal semicirculaire antérieur est positionné sur le plan sagittal, le canal postérieur est sur le plan frontal et le canal latéral est placé horizontalement sur le plan transversal. Chaque canal se termine sous la forme d’une ampoule dilatée, tandis que le reste du canal est étroit. A noter que les canaux semicirculaires antérieur et postérieur s'unissent et forment la branche osseuse commune.

Cochlée

Cochlée est le mot grec pour escargot, et c'est exactement à quoi ressemble cette structure : une chambre osseuse en spirale et creuse dans laquelle les ondes sonores se propagent de la base (près de la fenêtre du vestibule) jusqu'au sommet.

Après la base de la cochlée se trouve un tube, appelé canal spiralé de la cochlée, qui s'enroule deux fois et demie autour d'une colonne osseuse centrale (appelée modiolus). À l’intérieur du canal spiral du modiolus de la cochlée se trouve la lame spirale osseuse qui est attachée à la paroi externe du modiolus et s’étend dans le canal cochléaire. Il suit ainsi l'enroulement du canal spiral autour du modiolus.

Étant donné que la lame spirale osseuse est attachée uniquement au Modiolus, elle divise incomplètement l'espace interne du canal spiral en deux canaux :

  • La rampe vestibulaire supérieure
  • La rampe tympanique inférieure

Ces parties communiquent entre elles au sommet de la cochlée par une fente étroite appelée hélicotrèma. Notez que la rampe vestibulaire est en continuité avec le vestibule, tandis que la rampe tympanique est placée devant la fenêtre de la cochlée sur la paroi labyrinthique (médiale) de l'oreille moyenne. Elle est donc séparée de l'oreille moyenne par la membrane tympanique secondaire qui scelle la fenêtre de la cochlée.

Semblable au vestibule, la cochlée communique avec la fosse crânienne postérieure par son propre aqueduc cochléaire. Ce canal débouche près de la fenêtre de la cochlée, traverse l'os temporal et débouche sur sa face postérieure dans le crâne.

Labyrinthe membraneux

Le labyrinthe membraneux est un système de cavités membraneuses remplies d'endolymphe qui sont suspendues dans la périlymphe du labyrinthe osseux.

Les structures membraneuses trouvées dans le labyrinthe osseux sont :

  • Labyrinthe vestibulaire : il comprend deux sacs, l'utricule et le saccule, et trois conduits semicirculaires membraneux. Ils constituent à eux tous l’appareil vestibulaire qui est l’organe sensoriel de l’équilibre. L'utricule et le saccule se trouvent dans le vestibule du labyrinthe osseux tandis que les canaux semicirculaires se trouvent dans le canal semicirculaire osseux.
  • Labyrinthe cochléaire : la cochlée osseuse contient le canal cochléaire, qui est l'organe de l'audition

Utricule

L'utricule est un sac qui remplit la partie postéro-supérieure du vestibule. Sur ses parois supérieure et postérieure, il présente des ouvertures qui correspondent aux ouvertures du vestibule et qui sont le lieu de débouché des conduits semicirculaires.

La surface interne de l’utricule est recouverte d’un tissu sensoriel assurant l’équilibre appelé macula de l’utricule. Ce tissu comprend des cellules riches en cils et en otolithes. La macula répond à la fois à l’accélération centrifuge et linéaire, et le nerf qui conduit cette information commence juste à cet endroit et s’appelle le nerf utriculaire (un rameau du nerf utriculo-ampullaire).

Saccule

Le saccule est plus petit que l'utricule et il est placé dans la partie antéro-inférieure du vestibule. La cochlée est reliée au saccule par le conduit reuniens (canal de Hensen) et se jette ainsi dans le saccule.

Sur la surface interne du saccule se trouve le tissu sensoriel appelé macula du saccule qui répond à l’accélération linéaire. Les informations enregistrées ici se transmettent ensuite via le nerf sacculaire qui commence dans cette macula. Le saccule prolonge un canal communiquant avec l'utricule, appelé conduit utriculosacculaire. De ce conduit s'étend le conduit endolymphatique. Ce dernier entre dans l'aqueduc vestibulaire, traverse l'os temporal et se termine en sac endolymphatique à la face postérieure de la partie pétreuse de l'os temporal.

Canaux semicirculaires

Les canaux semicirculaires membraneux sont suspendus aux canaux semicirculaires osseux. La relation spatiale est importante pour la fonction, rappelons donc que les canaux, ainsi que les conduits, sont placés sur trois plans différents, où chaque conduit fait un angle de 90 degrés par rapport à l'autre.

Le canal semicirculaire antérieur est positionné sur le plan sagittal, le canal semicirculaire postérieur est sur le plan frontal, tandis que le canal semicirculaire latéral est positionné sur le plan transversal. Chaque canal débouche ensuite sur le saccule via une extrémité dilatée appelée ampoule. Grâce à cette disposition, chaque conduit répond à des mouvements dirigés dans le plan dans lequel il est aligné.

Labyrinthe cochléaire

L'organe de l'audition (organe spiral) est présenté dans le canal cochléaire. Il s'agit d'un canal membraneux de forme triangulaire qui s'enroule deux fois et demie autour du Modiolus, en suivant la courbure du canal spiral de la cochlée et de la lame spirale osseuse.

Le canal cochléaire suit complètement l'anatomie du labyrinthe osseux, ce qui signifie qu'il est également divisé en deux canaux : la rampe vestibulaire et la rampe tympanique (décrites précédemment dans la partie dédiée à la cochlée). Le conduit cochléaire possède trois parois :

  • Le ligament spiral (paroi externe) s'appuie contre le labyrinthe osseux et est constitué d'un périoste épaissi. Avec les membranes basilaire et vestibulaire, il entoure le canal cochléaire de forme triangulaire.
  • La membrane vestibulaire (toit) sépare la périlymphe de la rampe vestibulaire de l'endolymphe de la cochlée osseuse. Il s'étend du Modiolus et se fixe à la paroi latérale du canal cochléaire.
  • La membrane basilaire (plancher) sépare complètement la périlymphe de la rampe tympanique de l'endolymphe de la cochlée osseuse. Il relie l'extrémité libre de la lame spirale au ligament spiral de la paroi latérale du conduit cochléaire, séparant ainsi complètement la rampe vestibulaire membraneuse de la rampe tympanique.

L’organe spiral se trouve sur la membrane basilaire à l’intérieur de ce conduit, qui est l’organe de l’audition. Cette structure contient des mécanorécepteurs appelés cellules ciliées. Les extrémités des cellules sortent de l’organe spiral et pénètrent dans l’endolymphe du canal cochléaire. Les cellules ciliées sont recouvertes de la membrane tectoriale, qui se déplace lors des oscillations de l'endolymphe qui se produisent à chaque transmission d'une onde sonore. Les mouvements de la membrane tectoriale stimulent les cellules ciliées qui génèrent alors des impulsions électriques qui se transmettent au cerveau par le nerf cochléaire.

Artères et veines

Le labyrinthe osseux est irrigué par l'artère tympanique antérieure (une branche de l'artère maxillaire), l'artère stylomastoïdienne (une branche de l'artère auriculaire postérieure) et l'artère pétreuse (une branche de l'artère méningée moyenne). En revanche, le labyrinthe membraneux est irrigué par l'artère labyrinthique (une branche de l'artère basilaire).

Le sang veineux est drainé par les veines vestibulaires et cochléaires. Ils fusionnent et forment la veine labyrinthique, qui se jette dans le sinus sigmoïde ou pétreux inférieur. Le drainage lymphatique s'effectue par les nœuds lymphatiques parotidiens, mastoïdiens et cervicaux superficiels.

Innervation

En ce qui concerne l'innervation, le nerf cochléaire transporte les informations sensorielles auditives après avoir émergé du ganglion spiral. Il traverse le modiolus et la base de la cochlée.

Le nerf vestibulaire provient des tissus sensoriels des canaux semicirculaires, de l'utricule et du saccule et transporte des informations sur l'équilibre sensoriel. Il forme le ganglion vestibulaire qui fournit des rameaux supérieurs et inférieurs qui, à leur tour, se divisent et fournissent les rameaux : utriculo-ampullaire, sacculaire et ampullaire postérieur. Ensuite, le nerf utriculo-ampullaire se divise à nouveau en nerf utriculaire, ampullaire antérieur et ampullaire latéral.

Les nerfs cochléaire et vestibulaire s'unissent et forment le nerf vestibulocochléaire (VIII), qui sort par le méat acoustique interne avec le nerf facial (VII) et se dirige vers la face latérale du tronc cérébral.

Transmission du son

Au niveau de l'oreille externe, les ondes sonores captées par le pavillon de l’oreille pénètrent dans le méat acoustique externe et le traversent jusqu'à la membrane tympanique. Sous l’impact de l’onde sonore, la membrane se déplace médialement, affectant le manche du malléus fixé à la face médiale de la membrane tympanique.

Dans l’oreille moyenne, le manche du malléus se déplace médialement, de sorte que sa tête se déplace dans le sens opposé (effet levier). Puisque la tête du malléus s'articule avec le corps de l'incus, l'incus est également déplacé latéralement, ce qui pousse la branche longue de l'incus médialement. Étant donné que la branche longue s'articule avec le stapès, cela poussera le stapès médialement et amènera sa base à heurter la fenêtre du vestibule qui se déplacera ensuite également médialement.

Cela entraînera la transformation d’une onde de grande amplitude de faible intensité en une vibration de petite amplitude d’intensité élevée dans l’oreille interne. Cela fait alors vibrer le fluide à l’intérieur de la rampe vestibulaire de la cochlée.

Les récepteurs envoient ensuite les informations via la partie cochléaire du nerf vestibulocochléaire (VIII) au cerveau, où elles seront retranscrites un son via la voie auditive.

Transmission de l’équilibre

Les canaux membraneux semicirculaires, l'utricule et le saccule sont responsables du maintien de l'équilibre. Notez que les conduits semicirculaires détectent le mouvement de la tête, tandis que le saccule et l'utricule fournissent des informations sur la position de la tête lorsqu'elle ne bouge pas.

Le canal semicirculaire antérieur est positionné sur le plan sagittal, le canal semicirculaire postérieur est sur le plan frontal, tandis que le canal semicirculaire latéral est placé sur le plan transversal. Grâce à cette disposition, chaque canal répond à des mouvements dirigés dans le plan dans lequel il est aligné. Le saccule détecte les accélérations et les inclinaisons de la tête dans le plan vertical, et l'utricule détecte les accélérations et les inclinaisons de la tête dans le plan horizontal.

Les canaux semicirculaires, l'utricule et le saccule sont remplis d'endolymphe et contiennent des récepteurs de mouvement (cellules ciliées, ou cellules à cils de l’oreille). Lorsque la tête tourne ou s’incline, l’endolymphe est propulsée dans la direction opposée en raison de l’inertie. Cela stimule les stéréocils des cellules ciliées qui génèrent un signal électrique transmis de la manière suivante :

  • Les cellules ciliées du canal antérieur transmettent des signaux via le nerf ampullaire antérieur
  • Les cellules ciliées du canal postérieur transmettent des signaux via le nerf ampullaire postérieur
  • Les cellules ciliées du canal latéral transmettent des signaux via le nerf ampullaire latéral
  • Les cellules ciliées de l'utricule transmettent des signaux via le nerf utriculaire
  • Les cellules ciliées du saccule transmettent des signaux via le nerf sacculaire

Les nerfs utriculaire, ampullaire antérieur et latéral forment le nerf utriculo-ampullaire. Ensuite, le nerf utriculo-ampullaire, le nerf sacculaire et le nerf ampullaire postérieur rejoignent le ganglion vestibulaire et y synapsent. Le nerf vestibulaire émerge du ganglion vestibulaire, rejoint le nerf cochléaire et, via le nerf vestibulocochléaire, transporte les informations sensorielles de l'équilibre jusqu'au système nerveux central.

Anatomie de l’oreille : voulez vous en savoir plus ?

Nos vidéos engageantes, nos quiz interactifs, nos articles approfondis, nos Atlas HD sont là afin d'obtenir des résultats rapides.

Que préférez-vous pour apprendre ?

« Je voudrais dire honnêtement que Kenhub a réduit de moitié mon temps d'étude. » – En savoir plus.

Kim Bengochea, Université Regis, Denver
© Sauf indication contraire, tous les contenus, y compris les illustrations, sont la propriété exclusive de Kenhub GmbH et sont protégés par les lois allemandes et internationales sur les droits d'auteur. Tous droits réservés.

Créez un compte maintenant et recevez gratuitement votre meilleur guide d'étude de l'anatomie !