Connexion perdue. Veuillez rafraîchir la page.
En ligne
Assistance Mieux étudier Connexion Créer un compte
Prêt(e) à apprendre ?
Choisissez votre outil d'étude préféré

Thorax

Thorax (vue antérieure)
Thorax (vue antérieure)

Vous avez sûrement déjà ressenti votre cœur battre fort dans votre poitrine lors de moments émotionnels intenses. En tant qu'étudiant en sciences de la santé, la sensation redoutée de douleur thoracique ressentie par les patients lors d'un infarctus du myocarde devrait également être familière. Cependant, quelle est la définition anatomique ou la signification d’une “poitrine” ?

La poitrine, ou thorax, est la partie supérieure du tronc, située entre le cou et l’abdomen. Elle se compose de plusieurs éléments :

  • Paroi, ou cage, thoracique
  • Plusieurs cavités
  • Neurovascularisation et système lymphatique
  • Organes internes
  • Seins

Dans cet article, nous discuterons de chacuns de ces éléments et comment ils s’assemblent pour former le thorax.

Points clés sur le thorax
Paroi thoracique Ouvertures : ouvertures thoraciques supérieure et inférieure
Squelette :
sternum, douze paires de côtes, douze vertèbres thoraciques
Articulations :
disques intervertébraux, articulations costovertébrales ; articulation de la tête des côtes ; articulations sternocostales, sternoclaviculaires, costochondrales et interchondrales
Espaces intercostaux :
veine, artère et nerf intercostaux
Muscles thoraciques :
muscles intercostaux (externes, internes, intimes ), muscle transverse du thorax, muscles subcostaux, muscles élévateurs des côtes, muscle dentelé postérieur et supérieur, muscle dentelé postérieur et inférieur
Cavité thoracique Le médiastin est situé au centre et est bordé latéralement par deux cavités pleurales.
Le médiastin consiste en deux cavités médiastinales supérieure et inférieure.
La cavité médiastinale inférieure comprend trois compartiments : antérieur, moyen et postérieur
Neurovascularisation Artères : les trois plus grandes artères du thorax (tronc brachiocéphalique, carotide commune gauche, subclavière gauche) proviennent de l’aorte thoracique
Veines :
les veines thoraciques principales (veine cave supérieure, système veineux azygos, veine accessoire hémiazygos, veines thoraciques internes, veines cardiaques et veines intercostales supérieures) se jettent dans la veine cave supérieure
Nerfs
: plexus nerveux oesophagien, cardiaque et aortique thoracique
Organes Cœur, poumons, thymus, trachée, œsophage
Sommaire
  1. Paroi et cage thoracique
  2. Cavité thoracique
  3. Neurovascularisation
  4. Organes
    1. Cœur
    2. Poumons
    3. Trachée
    4. Oesophage
    5. Thymus
  5. Anatomie du sein chez la femme
  6. Sources
  7. Articles connexes
+ Afficher tout

Paroi et cage thoracique

La première étape dans l’apprentissage de l’anatomie du thorax est de repérer ses limites. La paroi thoracique consiste en un réseau squelettique, fascial, musculaire et neurovasculaire, tous interconnectés afin de former une cage à la fois protectrice et souple.

Le thorax possède deux ouvertures principales : l’ouverture thoracique supérieure située sur le côté supérieur, et l’ouverture thoracique inférieure située, bien évidemment, inférieurement. L’ouverture thoracique supérieure s’ouvre vers le cou. Elle est délimitée par les os du thorax supérieur : le manubrium du sternum, la première paire de côtes et le corps de la vertèbre T1. L’ouverture thoracique inférieure est presque entièrement recouverte par le diaphragme, qui la sépare de la cavité abdominale.

Passons maintenant à l'échafaudage squelettique du thorax : le squelette thoracique. Il est composé du sternum, de douze paires de côtes, de douze vertèbres thoraciques et d'articulations interconnectées. Les principales articulations thoraciques comprennent les disques intervertébraux, les articulations costovertébrales, sternocostales, sternoclaviculaires, costochondrales et interchondrales.

Il existe entre deux côtes adjacentes un écart appelé espace intercostal. Il y en a onze au total, chacun contenant les muscles intercostaux (externes, internes et intimes) ainsi que le faisceau neurovasculaire intercostal. Ce dernier consiste en une veine, une artère et un nerf intercostal.

Outre les intercostaux et le diaphragme, qui sont les muscles thoraciques les plus importants compte tenu de leur rôle dans la respiration, d'autres sont impliqués dans la formation de la paroi thoracique. Ceux-ci comprennent les muscles transversaux thoraciques, subcostaux, les muscles élévateurs des côtes, le muscle dentelé postérieur et supérieur ainsi que le dentelé postérieur et inférieur. D'une manière générale, ils s'attachent aux côtes, à leurs cartilages ou aux vertèbres thoraciques, afin d’abaisser ou d’élever les côtes. De plus, tous les muscles thoraciques fournissent un soutien et une force supplémentaires au thorax.

Testez vos connaissances sur les muscles de la paroi thoracique avec ce quiz.

Cavité thoracique

Maintenant que nous en maîtrisons les limites, ajoutons une autre couche de connaissances à notre définition initiale du thorax. La paroi thoracique contient une cavité, ou espace, remplie de différentes structures anatomiques. Comme elles sont très nombreuses, la cavité thoracique est divisée en plusieurs compartiments pour faciliter leur localisation. Il existe une structure appelée médiastin située au centre et bordée latéralement par deux cavités pleurales. Le médiastin est subdivisé en cavités médiastinales supérieure et inférieure. Cette dernière se divise à son tour en compartiments antérieur, moyen et postérieur.

La cavité thoracique communique avec le cou à travers l’ouverture thoracique supérieure, et avec la cavité abdominale de par l’ouverture thoracique inférieure et à travers les espaces anatomiques qui percent le diaphragme.

Logés au sein de chaque cavité et compartiment se trouvent divers organes, vaisseaux sanguins, nerfs et ganglions lymphatiques propres au thorax :

Contenu de la cavité thoracique
Médiastin supérieur Thymus, trachée, oesophage, arc de l’aorte, tronc brachiocéphalique, artère carotide commune gauche, artère subclavière gauche, artères thoraciques internes, veine cave supérieure, veine intercostale supérieure gauche, veines brachiocéphaliques, nerfs phréniques, nerfs vagues, nerf laryngé récurrent gauche, conduit thoracique, ganglions et vaisseaux lymphatiques
Médiastin antérieur Portion du thymus, tissue conjonctif et adipeux, ganglions lymphatiques, branches des vaisseaux sanguins thoraciques internes, ligaments sternopéricardiques
Médiastin moyen Péricarde, coeur, tronc pulmonaire, aorte ascendante, veines pulmonaires, veine cave supérieure, veine cave inférieure, bifurcation trachéale, bronches
Médiastin postérieur Oesophage, plexus oesophagien, aorte thoracique et ses branches, systèmes veineux azygos et hémiazygos, conduit thoracique, tronc sympathique, nerfs splanchniques thoraciques
Cavités pleurales Plèvres et poumons

Qui aurait pensé qu’un si petit espace pouvait contenir autant de structures ? Pour simplifier votre apprentissage, voici un aperçu des plus importantes :

Neurovascularisation

En examinant attentivement les tableaux et diagrammes précédents, vous remarquerez que plusieurs artères et veines importantes parcourent le thorax. Toutes les artères thoraciques proviennent de l’aorte et les trois plus grandes sont le tronc brachiocéphalique, l’artère carotide commune gauche et l’artère subclavière gauche.

Plusieurs artères viscérales irriguent également divers organes thoraciques, notamment : les artères bronchiques, œsophagiennes, péricardiques et plusieurs petites artères médiastinales. L'aorte thoracique donne également des branches pariétales pour les muscles thoraciques. Il s’agit notamment des artères intercostales postérieures, phréniques supérieures et de la paire subcostale.

En terme de drainage veineux, les principales veines du thorax sont : la veine cave supérieure, le système veineux azygos, la veine accessoire hémiazygos, les veines pulmonaires, les veines oesophagiennes, les veines thoraciques internes, les veines cardiaques et les veines intercostales supérieures. Ces vaisseaux collectent le sang désoxygéné provenant des muscles et organes du thorax et se déversent dans la veine cave supérieure.

Étant donné que le thorax abrite plusieurs organes, le mode principal d’innervation est autonome et se manifeste sous forme de plexus nerveux viscéraux situés à proximité de leur organe respectif. Ceux-ci incluent les plexus oesophagien, cardiaque et aortique thoracique. Ils sont formés d’un ensemble d’éléments provenant du tronc sympathique, des nerfs splanchniques thoraciques, du nerf laryngé récurrent et du nerf vague.

Consultez notre article sur les artères, veines et nerfs principaux du corps humain afin d’en savoir plus à ce sujet.

Organes

Comme vous l’avez vu précédemment, le thorax contient bien plus que les artères, nerfs et vaisseaux lymphatiques thoraciques. Il abrite également des structures et organes vitaux, tels que le cœur, les poumons, le thymus, la trachée et l'œsophage.

Cœur

L’un des organes les plus importants situé à l’intérieur du thorax est le cœur. Il fait la taille d’un poing fermé et se trouve au centre du médiastin logé dans un sac péricardique. Cette pompe musculaire reçoit du sang provenant directement de la circulation coronaire et consiste en quatre chambres : deux oreillettes et deux ventricules.

Le côté droit du cœur gère le sang désoxygéné tandis que le côté gauche du cœur s’occupe du sang oxygéné. Plusieurs vaisseaux sanguins majeurs entrent et sortent du cœur, transportant le sang vers et depuis les circulations pulmonaires et systémiques. Ces vaisseaux sont : les veines cave supérieure et inférieure, les artères pulmonaires, l’aorte et les veines pulmonaires. La circulation du sang des oreillettes aux ventricules est contrôlée par les valves du cœur (atrioventriculaire gauche ou mitrale, atrioventriculaire droite ou tricuspide, aortique et pulmonaire). Pour que le cœur batte et remplisse ses fonctions, il dispose d'un contrôle nerveux autonome facilité par le nœud sinoatrial, le nœud atrioventriculaire, le faisceau de His (ou faisceau atrioventriculaire) et les fibres de Purkinje.

Les informations ci-dessus sur le cœur ne représente que la partie apparente de l’iceberg. Si vous souhaitez approfondir vos connaissances sur les complexités anatomiques de cet organe musculaire, jetez un coup d'œil aux ressources suivantes.

Poumons

Les poumons font partie du système respiratoire et sont le site des échanges gazeux et de la respiration. Ces structures bilatérales occupent les cavités pleurales et se divisent en lobes et segments bronchopulmonaires séparés par des scissures. L’air rentre et quitte les poumons à travers un réseau de voies aériennes (respiratoires) comprenant : la trachée, les bronches, les bronchioles et les alvéoles.

Plusieurs structures rentrent dans chaque poumon au niveau du hile : la bronche principale, l’artère pulmonaire, deux veines pulmonaires, le plexus pulmonaire autonome, des ganglions et vaisseaux lymphatiques, ainsi que du tissu conjonctif. Chaque poumon est recouvert de deux couches de plèvre (pariétale et viscérale). Le parenchyme pulmonaire est vascularisé par les artères et veines pulmonaires. Son innervation est gérée par le plexus nerveux pulmonaire.

La structure anatomique des poumons et des voies aériennes (respiratoires) peut être assez complexe, c'est pourquoi nous vous proposons ci-dessous des ressources supplémentaires pour vous aider à dissiper toute confusion. 

Trachée

La trachée (organe tubulaire) est étroitement liée aux poumons. Elle est située à l’avant de l'œsophage et s’étend dans le médiastin supérieur. La trachée fait partie du système respiratoire et permet le passage de l’air vers et hors des poumons. Elle est entourée d’une série d’anneaux cartilagineux et se divise en bronches principales droite et gauche au niveau de l’angle sternal.

À l’intérieur des poumons, ces bronches se subdivisent de plus en plus jusqu’à arriver aux alvéoles. La trachée reçoit sa vascularisation artérielle de l’artère thyroïdienne inférieure et des artères bronchiques. Le sang désoxygéné en provenance de la trachée est drainé par les veines brachiocéphalique, azygos, et hémiazygos. Elle est innervée par le nerf laryngé récurrent et le tronc sympathique.

Voulez-vous en savoir plus sur la trachée ? Essayez les ressources suivantes :

Oesophage

En plus de la trachée, nous possédons un autre organe tubulaire appelé oesophage. L’oesophage est un tube fibromusculaire qui s’étend du pharynx à l’estomac. Il comporte trois parties : cervicale, thoracique et abdominale. L’oesophage fait partie du système digestif et joue un rôle dans le transport de la salive, des liquides et des solides jusqu’à l’estomac grâce à ses contractions péristaltiques.

Ses deux sphincters (supérieur et inférieur) empêchent le reflux de particules alimentaires ou d’acide gastrique. L’alimentation artérielle de l'œsophage provient de l’artère thyroïdienne inférieure, de l’artère thoracique et de l’artère gastrique gauche. Son sang désoxygéné est drainé par plusieurs vaisseaux : la veine thyroïdienne inférieure, les systèmes veineux azygos et hémiazygos, les veines intercostales, les veines bronchiques et veines gastriques courtes. Son innervation est assurée par le nerf récurrent laryngé, le tronc sympathique et le plexus oesophagien.

Thymus

Nous allons maintenant passer à un petit organe appelé le thymus. Il s’agit en fait d’un organe lymphoid s’étendant dans les cavités médiastinales supérieure et antérieure. Son rôle principal est de faciliter la maturation d’une catégorie spécifique de cellules immunitaires (Lymphocytes T) et commence à rétrécir après la puberté. Ainsi, les adultes ne possèdent plus de thymus.

Anatomie du sein chez la femme

Les seins font partie des caractères sexuels secondaires de la femme, et sont les structures les plus importantes de la paroi thoracique antérieure. Leur fonction primaire réside dans la production de lait après l’accouchement.

Cette fonction est assurée par les glandes mammaires qui produisent et excrètent le lait dans les canaux galactophores. Le sein est à attaché à la peau du thorax par des ligaments suspenseurs (dits de Cooper) sus-jacents à deux muscles majeurs : le muscle grand pectoral et le muscle dentelé antérieur.

Les seins sont alimentés par plusieurs artères de la paroi thoracique, à savoir des branches des artères thoraciques internes, axillaires, thoraciques latérales, thoracoacromiales et intercostales postérieures. Les veines axillaires et thoraciques internes sont responsables du drainage veineux, tandis que l'innervation est assurée par des rameaux des nerfs intercostaux.

Articles connexes

Articles sur ce sujet:

Thorax : voulez vous en savoir plus ?

Nos vidéos engageantes, nos quiz interactifs, nos articles approfondis, nos Atlas HD sont là afin d'obtenir des résultats rapides.

Que préférez-vous pour apprendre ?

« Je voudrais dire honnêtement que Kenhub a réduit de moitié mon temps d'étude. » – En savoir plus.

Kim Bengochea, Université Regis, Denver
© Sauf indication contraire, tous les contenus, y compris les illustrations, sont la propriété exclusive de Kenhub GmbH et sont protégés par les lois allemandes et internationales sur les droits d'auteur. Tous droits réservés.

Créez un compte maintenant et recevez gratuitement votre meilleur guide d'étude de l'anatomie !